L’accessibilité numérique : pour que votre site internet ne s’adresse pas qu’aux autres

Vous avez l’habitude de naviguer dans les méandres de la toile en cliquant sur des liens hypertextes à l’aide de votre souris. Vous ouvrez des pages, structurées, colorées, compréhensibles en un coup d’œil. Vous lisez des contenus, et parfois même vous regardez des vidéos. Rien de très compliqué : il vous suffit de vous asseoir devant votre écran d’ordinateur et d’ouvrir votre navigateur web.

Tout n’est pourtant pas aussi simple pour une partie de la population. Car vous avez – du moins je l’espère – une chance que certains n’ont pas, et à laquelle on ne pense pas toujours : vous n’êtes atteint d’aucun handicap.

Les chiffres du handicap en France, selon une étude de l’INSEE en 2007 :

  • 1.7 million de déficiences visuelles (dont 12% profondes) ;
  • 2.3 millions de déficiences motrices ;
  • 5.2 millions de déficiences auditives ;
  • 0.7 million de déficiences intellectuelles.

Les objets ou environnements physiques sont souvent adaptés pour permettre leur usage aux personnes atteintes de handicap. On aménage des rampes d’accès pour les fauteuils roulants. On équipe les claviers (d’ordinateurs, d’ascenseurs, de télécommandes) de repères en relief pour permettre aux déficients visuels de se repérer. On offre des sous-titres ou des traductions en langue des signes pour les déficients auditifs. Bref, le monde s’adapte -tant bien que mal- pour permettre aux handicapés de vivre leur vie décemment. Mais depuis les années 2000 et l’énorme développement du web et des écrans, les populations handicapées sont confrontées à la difficulté de l’accessibilité numérique. Tous les handicapés ne sont pas inaptes à naviguer confortablement sur le web. Pourtant, certains gestes basiques sont un calvaire pour ces personnes.

  • Un déficient visuel aura des difficultés à se repérer sur votre site ;
  • Un déficient moteur pourra avoir du mal à naviguer à l’aide d’une souris ;
  • Un déficient auditif ne pourra pas entendre le son des vidéos ;
  • Un déficient intellectuel pourra avoir du mal à comprendre ce que vous avez écrit.

Adapter les outils numériques aux populations handicapées

Il existe des dizaines de points à respecter pour proposer un site web accessible à tous. Permettre d’adapter la taille des textes, accompagner les vidéos de sous-titres, les images de textes alternatifs, simplifier la navigation au clavier, etc. Tout comme les bâtiments recevant du public sont tenus de respecter des normes d’accessibilité (mise à disposition d’ascenseurs, de WC adaptés, etc.), les sites web des établissement publics doivent répondre à des critères précis pour permettre leur accès à tous, en accord avec la loi du 11 février 2005 en faveur des personnes handicapées. Le Secrétariat Général pour la Modernisation de l’Action Publique met par ailleurs à disposition un Référentiel Général d’Accessibilité pour les Administrations (RGAA), listant l’ensemble des critères que les sites web de l’État et des établissements publics doivent respecter. Ce document fait écho aux directives du World Wild Web Consortium (W3C), organisme qui veille à la standardisation du web et son accès à tous. Ce consortium a publié un ensemble de recommandations nommé Web Content Accessibility Guidelines, référence en termes d’accessiblité numérique. Des travaux qui ont inspiré l’association BrailleNet, qui décerne un label « AccessiWeb » aux sites web respectant le référentiel édité par son groupe de travail. Si l’obligation ne s’étend qu’au secteur public, le secteur privé gagnerait à s’en inspirer. Ne pas penser à l’accessibilité de son site (qu’il soit vitrine ou e-commerce), c’est se couper d’une clientèle -certes de niche, mais une clientèle quand même- et c’est aussi frustrer cette dernière qui se sent mise à l’écart. Alors qu’en rendant votre site accessible, vous élargissez votre public cible, et vous augmentez votre popularité auprès de celui-ci.

L’accessibilité numérique ne concerne pas que les personnes handicapées

Nous avons tendance à penser que l’accessibilité se résume à permettre aux personnes atteintes de handicap à naviguer. Pourtant, cette notion est beaucoup plus large. Selon Tim Berners-Lee, l’inventeur du web, l’accessibilité numérique se définit comme telle : « Mettre le Web et ses services à la disposition de tous les individus, quel que soit leur matériel ou logiciel, leur infrastructure réseau, leur langue maternelle, leur culture, leur localisation géographique, ou leurs aptitudes physiques ou mentales. » Il est donc question d’aptitudes physiques et mentales, mais pas seulement. On parle aussi de matériel, d’infrastructure réseau, de langue maternelle, de culture et de localisation géographique. Le web est un média universel, et ne doit pas être réservé aux seuls possesseurs d’outils de dernier cri, captant la 4G ou fibrés en plein cœur de Paris. Un site web doit aussi pouvoir s’afficher sur un vieil ordinateur connecté au réseau Wimax, en pleine campagne normande. Il doit aussi pouvoir être utilisable sur n’importe quel type de support (smartphone, tablette, etc.), en adaptant son interface en fonction du type de navigation et du format de l’écran utilisés. Bref, l’accessibilité numérique, c’est l’accès à tous les supports, pour tous les individus.

Un enjeu difficile à relever

Créer un site web accessible demande du temps et des connaissances. Il faut connaître les standards et savoir les mettre en place. Il est souvent difficile d’appliquer la totalité de ces standards. Le tout est d’en mettre en place un maximum dès la conception du site, en l’exigeant auprès de votre prestataire. Cela vous coûtera peut-être un peu plus cher, et encore… Bon nombre de ces standards devraient être inclus de base dans la création des sites internet : il suffit au prestataire de bien faire son travail.

Mon site est-il accessible ?

Vous pouvez faire appel à des structures qui vérifieront la conformité de votre site avec les standards en vigueur. L’association BrailleNet, citée plus haut, décerne un label AccessiWeb aux sites ayant demandé un audit, et respectant ces standards. Trois niveaux de labels sont proposés : bronze, argent et or. Si je ne décerne pas de label, je peux aussi vous proposer un audit d’accessibilité de votre site internet. Vous pouvez aussi mettre en place un sondage sur votre site, pour savoir si les visiteurs, handicapés ou non, ont réussi à utiliser votre site sans problème. C’est une solution beaucoup moins coûteuse et très intéressante, puisqu’elle vous permet d’obtenir des réactions concrètes d’utilisateurs de votre site. En ayant lu cet article, vous n’aurez plus aucune raison de ne pas proposer de site accessible, que vous soyez une structure publique ou privée. Votre site internet doit s’adresser à tous, et ne pas délaisser une partie de votre cible potentielle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *